Présentation de Patrick DELAVAL – Banque Fédérale des Banques Populaires


La Banque Populaire comprend 23 banques régionales et compte 43 000 salariés, dont environ 4 000 hors du territoire métropolitain. Elle met en oeuvre des dispositifs de formation interne dans le cadre du 1,5% de la masse salariale que les entreprises doivent consacrer à la formation de leurs collaborateurs. Le Groupe Banque Populaire investit en moyenne sur les 10 dernières années, 5,5% de la masse salariale. Étant donné la dimension de chaque région, la Banque Populaire s'est trouvée dans l'obligation de s'intéresser à la formation ouverte et à distance. Notamment pour former ses collaborateurs aux diplômes de la branche professionnelle qui comprennent 5 cursus (de niveau enseignement supérieur).

Diapo 3 : l'équipe a passé 2 ans à tester diverses plates-formes permettant de gros flux car ils ont 15 000 commerciaux à former pour la banque-assurance ( L'open-source ne permet pas cela).

Diapo 4 : Patrick DELAVAL est intervenu pour concevoir un dispositif de formation sur les thèmes "lutte contre le blanchiment d'argent et le financement terrorisme". Un des intérêts de la Foad est la mise en commun de la profession bancaire qui a permis la conception de 5 modules de formation sur cette action. La priorité est désormais vers les formations métiers. Dans la conception des nouveaux bagages ou lors des conversions d’existant, nous travaillons sur 2 formats, une version intranet et didacticiel. Nous procédons par appel d'offres qui s'effectue toujours auprès de 5 prestataires.

Diapo 6 : Patrick DELAVAL souligne que le métier de e-tuteur ou cyber-formateur ne figure pas parmi les 87 référencés dans le secteur bancaire. Ce qui impliquerait de refaire le "référentiel emplois et compétences".

Conclusion :
La Banque Populaire a effectué une étude sur les plates-formes existantes : les coûts se situent entre 2 et 8 millions de francs. Auxquels il faut ajouter la constitution d'une équipe, la production des ressources et des briques additionnelles, notamment de communication et d’espace collaboratif... Elle s'est par conséquent tournée vers une solution mixte, intégrant une plateforme du marché en noyau dur, avec un partenariat interprofessionnel pour développer dans une logique open source ces nouvelles briques. Pour les grands groupes les plates-formes open-source pures multiplient les coûts d’installation et de développement et restent limitées en terme de puissance. Quand on possède déjà les ressources en open-source, et une équipe multimédia interne, l'opération peut toutefois être intéressante.

Question : quelle est la pérennité économique de tout ce qu'on fait en FOAD ?

Les normes devraient permettre de nous rassurer en apportant des réponses concrètes à cette question.